Le don d’organes | Centre Hépatobiliaire et pancréatique, Transplantation hépatique 
logo CHT Tours

Centre de chirurgie Hépatobilaire et pancréatique, Transplantation hépatique de Tours

Centre de référence (Orléans/Poitiers/Limoges/Tours/Caen) pour les maladies du foie, des voies biliaires et de la transplantation hépatique

Urgences FOIE

Urgences FOIE

02.47.47.36.43
02.47.47.FOIE

Le don d’organes

image d'illustration de la page

En France, la loi dispose
« TOUTE PERSONNE EST CONSIDÉRÉE COMME CONSENTANTE AU DON D’ÉLÉMENTS DE SON CORPS EN VUE DE GREFFE SI ELLE N’A PAS MANIFESTÉ D’OPPOSITION DE SON VIVANT »

La loi prévoit donc la possibilité de s’opposer par deux moyens :
  • l’inscription au registre national des refus
  • et/ou la communication de sa position à ses proches afin qu’ils en témoignent en cas de décès brutal.
En effet, au moment où un prélèvement est envisagé, la loi exige que les équipes médicales s’adressent aux proches pour recueillir l’opposition éventuellement exprimée par le défunt de son vivant.Les personnes s’opposant au don de leurs organes peuvent s’inscrire sur un registre dédié, le registre national des refus au prélèvement.En 2012, environ 87 277 personnes étaient inscrites sur ce registre. Il est probable que ce chiffre ne reflète pas la part de la population opposée au don et qu’il soit lié au manque de connaissance du public de l’existence de ce registre.Pour s’y inscrire, il faut remplir un formulaire disponible auprès de l’Agence de la biomédecine, puis le retourner à l’Agence qui a en charge la gestion de ce registre. Vous pouvez aussi demander votre carte de donneur en envoyant vos coordonnées au Centre de Transplantation Hépatique de Tours.En cas de disparition brutale dans des conditions compatibles avec le prélèvement d’organes, les médecins de l’hôpital interrogent systématiquement et obligatoirement ce registre.

Les malades concernés

Parmi les malades qui peuvent être amenés à recevoir un jour une greffe d’organes, on rencontre des personnes atteintes de malformation cardiaque, de mucoviscidose, d’insuffisance rénale terminale, de certains cancers…

On rencontre également des patients de tous âges, du bébé à des personnes de plus de 70 ans. En 2012, 1 517 patients (30 %) de plus de 60 ans ont reçu une greffe d’organes.

La décision de greffer est prise au cas par cas par un médecin. Tout dépend de l’évolution de la maladie, de l’efficacité des traitements prescrits, de l’état de santé général du malade. La greffe d’organes peut même représenter pour certaines pathologies le seul traitement. C’est le cas pour les maladies virales du foie (cirrhose) ou aigüe du foie, certaines tumeurs cancéreuses du foie à un stade précoce ou encore certaines maladies du cœur (infarctus, pathologies ischémiques) ou atteintes pulmonaires.

Le remplacement de l’organe déficient est envisagé par le médecin qui suit le patient lorsque plus aucun traitement ne fonctionne. Lorsqu’une greffe de cœur, de foie ou de poumons est décidée, c’est qu’elle est devenue vitale pour le patient : l’organe est en très mauvais état et le patient est en danger de mort à court ou moyen terme. Dans le cas des patients atteints d’insuffisance rénale terminale, la greffe est la seule alternative à la dialyse et, elle améliore considérablement la qualité et l’espérance de vie des patients.